Melbourne, paradis des artistes de rue et des backpackers

Melbourne, puis Brisbane, sont les deux grandes villes qu’on a le plus apprécié. Certes, il en manque beaucoup à notre palmarès et nous ne pourra pas tout voir, en particulier toute la côte Ouest et la Tasmanie.

DSCN3663

Melbourne est sans doute la ville qui promeut le plus la culture, musicale, picturale, théâtrale, cinématographique… Il y a des artistes de rue partout, les gens s’habillent de manière improbable parfois et ils ont les cheveux de toutes les couleurs. Des rues entières sont taguées, plus que dans les autres villes, il m’a semblé. Je réserverai un article spéciale là-dessus.

Un autre truc vraiment cool aussi dans cette ville, c’est le « free camp » de Saint Kilda. Il existe une application spéciale Australie, qui répertorie, avec notation et commentaires, et indique tous les endroits où tu peux te poser pour passer la nuit gratuitement ou pas, en van, voiture, tente, camping-car, ainsi que les coins où tu peux trouver des toilettes publiques, des douches publiques, des barbecues publiques. C’est hyper pratique !

Ainsi donc, il y a un free camp dans le quartier de Saint Kilda à Melbourne, juste au bord de la plage, avec une quantité impressionnante de backpackers (de type nomade) principalement français et allemands, plus quelques italiens. On a ainsi eu l’occasion de sympathiser avec quelques-uns de nos homologues, après n’avoir rencontré que des australiens pendant un mois et demi.

C’était la deuxième nuit, lors d’une soirée improvisée, LA soirée, où aucun de nous n’était vraiment sobre, c’est-à-dire au moins une vingtaine de personnes. A un moment de la soirée, quelqu’un à eu la bonne idée de sortir des feutres indélébiles noirs vers 3-4 heure du mat’, pour jouer à un jeu dont je ne pourrai pas ressortir le nom, ça s’est fini avec nos gueules tatoués, quelques vans tagués et de superbes dessins à divers endroits du parking (une barrière, un poteau, une poubelle).

C’était une soirée gentille, les policiers nous ons juste demandé de baisser le son à une heure avancé de la nuit. Le seul évènement à déplorer fut quand l’un de nos compagnons a eu la brillante idée de faire un plongeon sur une tente, parce que vraiment, ça avait l’air de super rebondir. Pendant qu’on discutait, il a prit son élan et plouf ! Sauf que la tente était habitée… un des potes de la soirée qui a eu un joli œil au beurre noir. Heureusement, il était d’une nature calme et peu rancunière !

On est resté 10 jours à Melbourne. Y’a pas mal de choses à voir et la ville est assez jolie, avec nombreux bâtiments de style victoriens. A la fin, une petite sélection de photos de la ville, du jardin botanique, de la bibliothèque. En outre, la plupart des musées en Australie sont gratuits, on en a bien profité !

melbourne
Album : melbourne
photos des différents coins de Melbourne
19 images
Voir l'album

La plupart des backpackers que nous avons rencontrés à Saint-Kilda étaient des anciens, un groupe en particulier séjournait dans le pays depuis plus ou moins deux ans, et nous ont filés pas mal de conseils, de combines (plus ou moins légales), de bons plans. Par exemple, à Melbourne il y a le Lentil as Anything, un restaurant végétarien sur donation, c’est-à-dire que tu commandes et tu payes ce que tu veux ou ce que tu peux. Ce fut une révélation, les plats étaient fabuleux et je suis très tentée d’acheter leur livre de recettes.

Une autre, qui vivait sur la route depuis un moment, disait qu’elle n’avait jamais travaillé, mais se faisait de l’argent en vendant des bijoux qu’elle fabriquaient dans la rue, avec un groupe d’amis qui faisaient entre autre de la musique. Ce qui marchait très bien, en particulier à Melbourne, qui est la ville adaptée pour ce genre de truc.

Alors on s’est dit qu’on allait essayé, que se serait peut-être le moment de la grande révélation ! On s’est installé dans un endroit ou il y avait pas mal de passage, mais pas trop, et on a exposé nos peintures et créations digitales, sous forme de posters et cartes postales, pendant deux après-midi. A part quelques compliments et des sourires timides, ce fut un échec. C’est pas évident de vendre son travail et de l’exposer aux yeux de monde. Mais ce fut une période d’ « grande » production, et pour ne pas perdre tout ce travail, n’est-ce pas, et avec l’inavouable ambition de faire de l’auto-publicité, j’ai décidé de créer une nouvelle rubrique « Portfolio », pour montrer un peu ce qu’on a réalisé ici.

 


2 commentaires

  1. Catherine dit :

    Eh bien elle est ou ta rubrique « Portfolio »…Bisous ma grande

  2. Marine dit :

    Coucou, j’avais envie de repasser sur ton blog ces derniers jours, je n’avais pas encore pris le temps de réagir à tes derniers articles même s’ils commencent à avoir un certain degré d’ancienneté…J’ai envie de voyager en ce moment, alors je le fais par procuration ^^ j’adore lire toutes ces anecdotes, ça donne vraiment une idée de ce que tu as pu vivre là-bas et ça donne envie :)

    Merci pour l’astuce de l’app Free Camp, c’est fou toutes ces apps qui existent ; pour diverses raisons je suis encore récalcitrante – ou tout du moins hésitante – quant à l’achat d’un vrai smartphone, mais là je vois l’intérêt !

    Pour ce qui est de tenter de vendre votre travail, pas facile en effet de se confronter ainsi au regard de l’autre, félicitation pour avoir eu ce courage ! Et bravo pour ta rubrique Portofolio, j’espère qu’elle accueillera de nouvelles créations prochainement :)

    Est-ce qu’on aura un article sur les tags ? ;)

    Et sinon : la bibliothèque est impressionnante !

Répondre

Torino, la vita italiana |
Classe de Neige 2013 - Ecol... |
Meljohn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Londoncongo2013
| Celinequebectrip
| Lafamillehuetdanslouestamer...