Alerte tornade

Alerte tornade dans Etats-Unis dscn0151-300x225

     Tout a commencé à la fin de l’année précédente, c’était le jour de Noël (ça date un peu maintenant). La télévision prévenait d’un risque de tornades potentielles dans la région, le vent soufflait déjà. C’est précisément le moment où nous décidâmes de sortir pour voir un peu de nature, parce qu’il y avait un beau soleil, parce qu’il faisait chaud pour un 25 décembre (23 degré), que l’atmosphère était électrique et particulièrement grisante, et pour cause ! A peine 10 minutes de trajet plus tard, nous arrivâmes dans une sorte de réserve naturelle, en plein milieu de la ville et en bordure de maison. Pour ceux à qui j’ai déjà raconté l’anecdote, je peux maintenant agrémenter de photos. Le décor semblait plutôt aride, bien que le climat et la végétation soit marécageux dans le coin (les bayous). La cause : lors des deux étés précédents de grosses sècheresses décimèrent une quantité importante d’arbres, trop pour qu’on puisse tous les retirer, apportant ainsi cette impression de grisaille et de sècheresse. Voyez plutôt.

Reservoir Addicks
Album : Reservoir Addicks

9 images
Voir l'album

 

Arrivé au point critique où l’on pouvait quitter (un peu) la civilisation et s’enfoncer dans cet immensité sauvage (je me répète, tout est immense ici), il a bien fallut s’interroger sur la question de la tornade, était-ce un réel danger ou un petit vent un peu fort, est-ce que ça n’arrive que dans les films ? Un rapace volait dans le ciel, si une tornade était en approche, il se serait barré, donc pas de soucis, prétextait ma mère. Au milieu de ce houleux débat, nous reçûmes un message de Colette disant à peu près ceci : «Vous avez vu l’alerte de tornade aux infos? Heureusement que vous êtes tranquillement chez vous, en sécurité. » Cela nous décida à rebrousser chemin. Ce fut ce moment que le temps choisi pour changer radicalement. En quelques secondes le ciel s’obscurcit, envahit d’épais nuages gris, le vent redoubla encore d’intensité, la température chuta de plusieurs degrés, nous courûmes jusqu’à la voiture.

Résultat : pas de réel tornade, beaucoup de vent, un mort, pas loin de chez nous. Un type de 25 ans, écrasé par un arbre dans son truck.

Le vent a soufflé longtemps, toute la nuit, puis s’est calmé. Je suppute que la tempête de neige au Québec quelques temps plus tard ne fut que la suite logique de notre bébé tempête, qui  migra vers la Louisiane puis remonta le long de la côte Atlantique. Et la température baissa d’une vingtaine de degré les jours suivants. Il a parfois fait aussi froid qu’à Paris, c’est dire ! Mais pas longtemps et presque  toujours avec un ciel bleu, parce qu’il ne faut quand même pas exagérer !

Le temps, bien qu’en général ensoleillé, est assez changeant ici : climat subtropical humide et compagnie, donc beaucoup de vent, des tempêtes, des averses cataclysmiques et beaucoup de ciel limpide, plus des étés très chauds et humides. Je me vente de la température maintenant, mais cet été je vais vite déchanter, vous aurez votre revanche ! Par ailleurs, cette partie des Etats-Unis, tout comme la Louisiane notamment, est assez propice aux catastrophes naturelles. Y’a la période des tornades pendant six mois de l’année et la période des ouragans les six autres mois, j’exagère à peine. Aussi j’ai lu qu’il y avait des passages de fourmis rouges régulièrement, cf. la fin du paragraphe sur le climat ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Houston. Et je ne parle pas de toutes les bestioles carnassières et venimeuses dans le coin, entre les vautours, les crocodiles et les veuves noires. Il est vrai que je n’ai pas encore croisé de veuves noires ou de crocodiles. Mais comment ai-je pu survivre jusque-là ?!

***

Maintenant un peu de :

Géographie des risques naturels et de gestion des catastrophes climatiques, ou

Comment le gouverneur du Texas (cet incompétent !) a mal géré l’aide après l’ouragan Katrina, selon Colette.

     Comme dit dans un précédent article, les américains sont très serviables, ainsi, après le passage de Katrina, les états voisins de la Louisiane, particulièrement touchée, ouvrirent leurs frontières pour recueillir les réfugiés. Problème, le Texas ne les ouvrit qu’une semaine après les autres, se laissant le temps d’organiser au mieux les services d’accueil. Raison tout à fait honorables, mais, tandis que les populations possédant une voiture immigrèrent rapidement dans les états déjà ouvert, ceux qui n’en possédaient pas, ne pouvant fuir aussi vite, ils partir à pied sans doute, se dirigèrent alors là où il y restait de la place, c’est-à-dire au Texas. Cette absence de voiture, qui est absolument indispensable aux Etats-Unis, caractérise « les pauvres » (ceux qui n’ont pas les moyens de s’en payer une, ce qui est pourtant très facilité), les drogués (je cite ici les propos de Colette ; dans ce pays il n’aime vraiment vraiment pas la drogue et autres substances, pour preuve : si tu conduis avec un taux d’alcoolémie égale ou supérieur à 0.8%, tu peux prendre jusqu’à 2 000 dollars d’amende pour une simple conduite en état d’ivresse, avec de la prison. Ça monte dans les 10 000 et 20 ans quand il y a homicide involontaire) et les prisonniers. Chose certes logique mais auquel je n’avais pas pensé, lors de telles catastrophes ils ouvrent les prisons. Ce serait moralement problématique de laisser les occupants crever dans leur cellule, évidemment ! Mais, m’a-t-il semblé, les autorités ne partageraient pas nécessairement les informations sur les prisonniers avec l’état d’accueil, d’autres chats à fouetter sans doute. J’espère néanmoins qu’ils gardent à l’œil les éventuels tueurs en séries. Sinon ça peut être une stratégie intéressante, de commettre tes méfaits dans des régions à l’activité climatique douteuse en attendant un bel ouragan pour ouvrir les portes de ta prison si tu fais prendre, puisqu’on n’est jamais à l’abri d’un enquêteur trop consciencieux.

Mais je m’éloigne du propos avec toutes ces digressions fumeuses, la réalité est que, dans les semaines qui ont suivis l’arrivée de réfugiés, ce que rapportait Colette, du jour au lendemain la population de son quartier avait radicalement changée, des dealers et des prostitués se baladaient dans la rue, beaucoup de voitures étaient volées, des maisons cambriolées, au point qu’elle dût déménager. En outre, comme programme d’aide face à la catastrophe louisianaise, le Texas donna un logement aux réfugiés plus une certaine somme d’argent chaque mois, pendant deux ans (je ne sais si c’est aussi le cas pour le logement), pour les aider à s’installer dans ce nouvel environnement. Au bout de deux ans ils avaient le choix de revenir en Louisiane ou de s’établir définitivement au Texas. Beaucoup de cette population « sans voiture », n’ayant rien à retrouver dans leur état d’origine, restèrent, et pour certains après la cessation de leur aide financière, se mirent (remirent) à voler comme moyen de subsistance. Le niveau de violence a doublé dans la ville de Houston au cours de cette période. Pourtant face à l’augmentation de l’insécurité le gouverneur n’aurait pas renforcé les unités policières. Je ne diaboliserais pas et je suis sûre qu’une partie a pu prendre un nouveau départ. Si je n’ai pas de chiffre, l’anecdote de Colette est à mon sens révélatrice d’un état de fait, qui date un peu maintenant.

Pour information, la partie Est de Houston est très peu fréquentable, il y aurait un gang d’immigrés du Salvador qui y sévirait. Les membres auraient des larmes tatouées sur les joues, chacune d’elles représentant une de leurs victimes et il faudrait tuer quelqu’un pour rentrer dans le groupe (et peut-être aussi venir du Salvador). Je me suis bien gardée de vérifier. Par ailleurs, à Downtown, un quartier de Houston, nous avons croisé une nuit une trentaine de SDF en partis allongés sur des matelas, agglutinés sur un même trottoir. La plupart était noirs, habillés en guenilles, la santé mentale discutable. Certains parlaient tout seul. En plus il faisait froid cette nuit-là. Je n’ai pas de photos.

 


Répondre

Torino, la vita italiana |
Classe de Neige 2013 - Ecol... |
Meljohn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Londoncongo2013
| Celinequebectrip
| Lafamillehuetdanslouestamer...